mardi 16 juin 2015

Où sont les femmes ?




La tête pleine de philo après une semaine de révisions pour le bac, je peux maintenant citer beaucoup de théories de citations de philosophes. Celles de Bergson, Freud, Hegel, Marx, Sartre, Aristote, Heidegger, Schopenhauer, Nietzsche, Épicure et beaucoup d'autres.




Mais le problème, c'est que je serais bien incapable de développer autant d'idées de philosophes femmes pour la simple et bonne raison qu'elles ne sont présentent ni dans mes cours, ni dans le bouquin de philo que j'ai acheté. (Enfin j'exagère, trois lignes sont consacrées à Hannah Arendt et Simone Weil et Simone de Beauvoir a été évoquée mais seulement parce qu'on parlait de Sartre) Choquée par ce constat j'ai regardé les annales des années précédentes en me disant que je m'énervais peut-être pour rien et qu'elles étaient présentes dans les textes du bac mais malheureusement (enfin ça ne m'a pas surprise), Rousseau et Kant en pagaille mais aucune femme pour faire plancher les élèves pendant quatre heures. (Ah oui et puis j'ai trouvé la liste des auteurs conseillés, y'a seulement Hannah Arendt comme femme, voilà voilà)

Avec cet article, je voulais réagir ou tout simplement évoquer l'article de Diglee où elle explique le fait qu'elle ne lit maintenant que des auteures féminines parce qu'elle n'en a presque pas lu pendant toute sa scolarité. Quand j'ai lu son article (y'a deux mois je pense), je me suis dit "Ah mais oui ça craint nan mais oh" et je suis passée très vite à autre chose. Mais là, alors que je me rends compte moi même je suis carrément RÉVOLTÉE et je trouve ça dégueulasse en fait, tout simplement.

Mettant à profit mes huit heures hebdomadaire de philo et cette semaine de révision, je m'interroge. Pourquoi si peu de femmes dans les cours et épreuves de philosophie ? Parce qu'elles ne savent pas penser/raisonner? J'ai même pas envie de répondre à la question. Parce ce qu'il n'y en a pas? AHAHAH. Parce qu'on considère que les femmes philosophes sont moins intéressantes/pertinentes/légitimes? Oui , je pense que c'est plutôt ça et c'est triste.

Alors conclusion, même si la philo nous à réfléchir, à nous ouvrir l'esprit, à raisonner par nous-même mais visiblement, la philo elle-même n'est pas si ouverte d'esprit que ça et c'est vraiment DOMMAGE. Donc l'Éducation nationale, si vous pouviez bouger vos fesses et faire bouger les choses ça serait vraiment cool.



1 commentaire:

  1. Chouette article. Et ce n'est pas le plus important, mais tes deux images carrées sont géniales. Je ris encore.
    En lisant, je me suis dit "mais si, en 2013 il y avait Hannah Arendt au bac !", mais j'ai été vérifier et non. Je l'ai eu au bac blanc. Comme quoi il y en a qui essaient... Oui, il y a trop peu de femmes dans ce qu'on nous fait étudier, alors même que la filière littéraire est maintenant pleine de filles ! Ce n'est donc pas une prédisposition particulière du chromosome Y que de devenir écrivain ou philosophe. Et, il y a peut-être peu de femmes qui écrivent (parce que pas spécialement aidées à le faire), mais on en trouve !
    Encore dans ceux qui essaient, mon prof de français de 1ère a repris le thème "La question de l'Homme dans les genres de l'argumentation du XVIème à nos jours" sous l'angle de "la femme est elle un homme comme les autres ?". C'était parfait. On a étudié le féminisme, Marguerite de Navarre, Beauvoir. Elles existent, les femmes qui écrivent !
    Tu dois être en train de rédiger la fin de ton devoir de philo à l'heure qu'il est, j'espère que tu vas faire un malheur, bon courage pour les épreuves à venir également ;)

    RépondreSupprimer

N'hésitez surtout pas à commentez et aussi à revenir, à bientôt dans mes nuages!